Transcription de la réunion publique du 14 mars

Publié le par administrateur

Nous avons pris des notes, lors de la réunion publique du 14 mars pour les mettre en ligne afin qu'elles puissent bénéficier aux personnes qui n'ont pas pu s'y rendre.

Il ne s'agit pas d'un compte-rendu in extenso, mais d'une transcriptions que nous espérons fidèle.

Merci aux nombreuses personnes qui sont venues débattre, la soirée était très riche.

Réunion publique 2014


Question 1 :

Un citoyen :
Vous parlez de « divergence » avec le conseil actuel dont vous faites partie. Pouvez-vous les expliquer ?

Réponse 1 :

Cécile :
Elue depuis 2001 avec la liste de M. Fort, c'est au deuxième mandat que nous avons eu des approches différentes entre Roger Canto et nous. L'ouverture des constructions je suis d'accord, mais il y a des façons de faire !
Par exemple l'Olivette de la Truque : le projet d'aménagement du promoteur validé par M. Canto, adjoint à l'urbanisme prévoyait 11 lots de 350m² chacun. Le projet visé par M. Canto a été transmis à la Communauté de Commune, sans même qu'il y ait eu de discussion au conseil municipal. Heureusement qu'elle l'a refus
é !

Le projet est en attente actuellement mais il réapparaîtra très certainement après les élections.

Nous sommes 19 et je pense qu'il faut que tout le monde, les habitants y compris, puissent donner leurs avis. Nous débattrons ensemble, il n'y aura pas de projet non discutés. Nous ne ferons pas de la politique d'urbanisme comme c'est le cas actuellement avec des décisions prises par une personne seule.

Voilà pourquoi je parle de divergence et de différence.


Question 2 :

Un citoyen :
En s'adressant à Monsieur Fort présent dans la salle :
« Je suis de Pondres et j'ai un mur de 8m de haut à 4 m de ma maison, que vous avez fait sans en discuter ni même me prévenir. Depuis ma fenêtre je voyais des arbres et maintenant je suis dans l'ombre, et je finirai ma vie à l'ombre de ce mur. C'est dégueulasse... » « Allez vous continuer cette politique ? »

Un citoyen rajoute une question :
Moi j'ai le même problème : l'on m'a construit le mur de Berlin devant chez moi, Traverse des Eaudes. Il y a des « moyens d'urbanisme » à ne pas confondre avec des « axes d'urbanisme ».

Un autre citoyen :
Il y aura bientôt le transfert des compétences en urbanisme à la Communauté de Communes, mais pour moi échapper c'est à nos propres compétences et responsabilité. Il faut que l'on s'oppose à cela. Il y a eu des pressions préfectorales et autre pour construire hors des zones inondables, comme le Carrefour® et les lotissements, mais cela doit cesser. Engagerez-vous le transfert des compétences à la Communauté de Communes ?

Réponse 2 :

Cécile :
Le problème ici est que que cela risque certainement d'être imposé dans les 2 ans. Mais en ce qui me concerne je suis plutôt défavorable à ce transfert de compétence.
Sur la question de Pondres, nous nous engageons à essayer de sauver ce qui peut encore l'être, mais ça va être diffic
ile.


Question 3 :

Un citoyen :
« en finir avec la politique de la chaise vide ». Que cela veut-il dire ? Pouvez vous expliquer ?


Réponse 3 :

M. Fort demande à répondre :
Je suis là un peu pour ça : je tenais à m'expliquer à cet égard. Je dois dire « la politique de MA chaise vide ». En 2002 nous avons intégré la CCPS. J'ai fait toutes les réunions, les conseils communautaires, ...etc. Et quand l'on a parlé de l'investissement des l'école, en 2002 il y avait d'autres priorités de rénovations. Nous l'avions compris et avons été patient. Puis ce fût à notre tour d'investir pour l 'école et nous avons présenté nos projets, nous avons été entendu mais pas écoutés. La réponse était toujours la même : « on verra... ».
Puis il y a une raison fiscale, plus difficile à expliquer : en 2008 nous voulions re-étudier les attributions fiscales qui devaient être données avec équité afin de favoriser notre commune. J'en ai parlé plusieurs fois mais je n'ai jamais été entendu. Le bureau communautaire a la majorité et il est donc difficile de leur faire changer d'avis. Et l'on m'a ignoré... J'ai choisi de faire la chaise vide pour contester, mais toutes les chaises n'étaient pas vide, seulement la mie
nne.

Un citoyen :
Et y a-t-il eu préjudice pour la commune ?

M. Fort :
Non puisqu'il ne manquait que mo
i.

Cécile :
M. Fort c'est là que je suis pas d'accord avec vous. L'absence d'un maire à la communauté de commune est préjudiciable à la commune, c'est inévitable ! Vous auriez dû prendre le problème différemment. Les dossiers ont été défendu jusqu'au bout pourtant, mais nous étions seuls. Sans le soutien d'un maire les dossiers ces conseiller qui se battent en commission n'aboutissent à rien
!

Question 4 :

Un citoyen :
Sécurité routière et vitesse. Au niveau de la route d'Alès les véhicules roulent très vite. En plus de cela malgré la zone de passage les infrastructures sont moches. Il n'y a même pas d'éclairage comme il se doit. Le bitume a été refait certes mais cela incite encore plus à la vitesse. Allez-vous donc aménager la zone et la rendre plus agréable que se soit sur la vitesse ou sur l'aspect général ?

Réponse 4 :

Patricia :
Effectivement : la question de la vitesse est une de nos préoccupations. Il faut déjà harmoniser la signalétique. Par exemple quand on prend la route de Nimes à partir de Sommières, on a successivement un stop, un cédez le passage et une priorité à droite ! Il faut faire évoluer cela.
Pour en revenir à la route d'Alès, l'idée de mettre des ralentisseurs pourrai nuire aux riverains : lors du passage des véhicules - et surtout lorsque les camions freinent puis accélèrent – cela génère d'importantes nuisances sonores. Ce n'est pas forcément la solution. Il faut et je le redis « harmoniser la signalétique ». Mais il faut tout étudier : les radars pédagogiques par exemple ont été pensés. L'actuel conseil en a demandé deux et nous n'avons eu aucune nouvelles en retour.
Ceci dit, il faudra étudier les différentes solutions avec aussi bien les riverains que les autres utilisateurs, nous avons besoin de vous pour en déba
ttre !

Question 5 :

Un citoyen :
Au niveau de l'école : quels sont les moyens d'actions pour supprimer les algécos ?
La cantine ne peut-elle pas être plus Bio et moins industrielle ?


Réponse 5 :

Cécile :
Nous avons déjà changé de traiteur. Le pain est Bio, fabriqué à Junas, et les légumes proviennent un maximum des producteurs locaux.
En ce qui concerne l'extension de l'école, une étude est en cours. Il faut obtenir la parcelle, ...etc. Vous le savez maintenant, on en a beaucoup parlé dans la campagne, c'est notre prior
ité.

Question 6 :

Un citoyen :
Moi je suis de Pondres et ceux que vous avez fait est dégeulasse ! J'en suis malade ! Vous avez construit n'importe où sans même demander l'avis des habitants. Allez vous stopper cette politique d'urbanisme qui semble sans limite ?


Réponse 6 :

Cécile :
Nous allons effectivement essayer de sauver ce qu'il reste à sauver. Cela ne sera pas facile car le mal est fait. Si il y avait eu une concertation au sein même du conseil nous n'en serions pas là. Les décisions ont été prise quasiment à huit clos, sans concertations, ni avec les conseillers eux-même ni avec les habitants. Nous voulons changer ces pratiques anarchique
s.

Publié dans Vie de la campagne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :